Comment devenir une digitale entrepreneuse ?

[juiz_sps buttons="facebook, twitter, google"]
Visuel femme blogging

Si elles se sont emparées très tôt de la toile et des réseaux sociaux, les femmes restent encore timides dans la sphère digitale professionnelle. Pour toutes les femmes entrepreneuses et engagées, qu’elles soient du BeeoTop ou d’ailleurs, voici quelques pistes pour (mieux) se mettre en valeur sur les réseaux sociaux.

Selon une étude CSA pour l’Observatoire Orange-Terrafemina faite en 2013, les femmes passent en moyenne 5 heures par semaine sur les sites de e-commerce et représentent 57% des utilisateurs de Facebook. Dans leur vie quotidienne, elles se sont rapidement familiarisées avec les nouvelles technologies. Mais côté professionnel, elles restent encore minoritaires dans le domaine du numérique : elles ne sont que 10% à être dirigeantes d’entreprises innovantes nouvellement créées et que 37% des utilisateurs de LinkedIn en 2012. Le numérique est pourtant une vitrine performante, qui peut faciliter l’évolution professionnelle des femmes. Alors, quels sont les deux commandements pour se mettre en avant sur le web ?

1.     Networker
L’union faisant la force, plusieurs événements permettent de mettre le pied à l’étrier numérique. Parmi eux :

– Les apéros networking, les master class et les tables rondes organisés par les associations Girlz In Web et Cyberelles, qui ont pour objectif de promouvoir la place des femmes dans le numérique et les nouvelles technologies. Girlz In Web a lancé « Les Expertes du numérique », un annuaire en ligne qui répertorie les professionnelles du secteur digital. Ainsi, en octobre dernier, au Women’s Forum, Girlz In Web a présenté une première liste de 150 femmes professionnelles du numérique, qui ont eu l’attention des médias.

– La « Journée de la femme digitale ». Cette journée (prochaine édition : le 13 mars 2015) valorise des initiatives remarquables de femmes, créatrices d’entreprises ou dirigeantes, qui font bouger les lignes au sein de leurs organisations pour réussir la transition numérique. Selon Catherine Barba, co-fondatrice de la journée « avec le digital, le monde change. Chacun de nous a envie d’y voir une opportunité pour se réaliser et comprendre comment s’adapter pour travailler autrement ».

2.     Se lancer sur Twitter
Twitter est un bon outil pour se constituer une communauté qualifiée, entre le personnel et le professionnel. Voici deux exemples de femmes qui ont su s’en emparer :

Marie-Christine Lanne, Vice-Présidente du BeeoTop et Directrice de la communication de Generali France
Avec plus de 3000 followers, Marie-Christine Lanne, est une « twitto» influente, engagée sur les sujets du développement durable. Les tweets de @Mc_lanne relaient ses bonnes idées glanées sur la toile en matière d’écologie, d’innovations et d’initiatives à impact sociétal. Cette année, Marie-Christine Lanne a remporté le trophée TF1 et LabCom qui récompense les femmes actives dans le digital, dans la catégorie « Directrice de la communication » et est en lice pour le prix des Tribune Women’s Awards dans la catégorie « Responsable et solidaire », dont le résultat sera connu le 1er décembre prochain.

Lucile Reynard, présidente d’honneur de Girlz In Web
Lucile Reynard est co-fondatrice et ancienne présidente de Girlz In Web. Aujourd’hui, elle en est la présidente d’honneur et fait partie des « Expertes du numérique ». Depuis plus de 15 ans, elle s’est investie sur le web en se spécialisant dans les questions de « e-Réputation ». Plus de 4000 followers suivent ses actualités sur l’eRéputation, le marketing mobile et la communication en image en ligne. Elle prolonge son implication numérique avec le site Trust The Geek.

Pour celles qui hésitent encore, laissons à Véronique Morali, présidente du Women’s Forum, le mot de la fin : « le web est vecteur d’émancipation et de militantisme ». Alors, mesdames, laissez parler votre Moi digital !

Lire l’article de Terrafemina, Le digital a besoin des femmes