Avec Lucie Umukundwa, l’art d’Afrique de l’Est débarque au BeeoTop

Lucie Umukundwa, entrepreneuse rwandaise, a fondé une galerie en ligne d'art d'Afrique de l'Est.

Bientôt une galerie d’art africain au BeeoTop !

Lucie Umukundwa, exilée rwandaise, va rejoindre l’équipe d’entrepreneurs réfugiés qui seront hébergés au BeeoTop.

Son projet : faire connaître les richesses culturelles des pays d’Afrique de l’Est (Tanzanie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Burundi, Soudan du Sud) ainsi que les artistes de la région, dont les parcours sont souvent marqués par la guerre et les camps de réfugiés.

Pour cela, elle a eu l’idée de monter Izuba, une galerie en ligne dédiée à l’art contemporain et au design de cette région du monde. Sculptures, peintures et objets d’art de créateurs sont d’ores et déjà en vente sur cette nouvelle plateforme.

Le projet de Lucie a été sélectionné dans le cadre du programme d’aide à l’entrepreneuriat des réfugiés de The Human Safety Net (THSN), de Generali.

Un art contemporain inspiré de l’art rupestre

L’art contemporain d’Afrique de l’Est s’inspire de l’art rupestre, dont les expressions locales les plus anciennes datent de plus de 2000 ans, comme sur le site de Kondoa (Tanzanie), classé patrimoine mondial de l’UNESCO.

Scènes de danse, figures religieuses ou animalières et motifs géométriques typiques se retrouvent ainsi dans les productions des artistes contemporains. Ceux-ci allient authenticité et originalité, et privilégient matériaux locaux ou matériaux de récupération et techniques ancestrales.

Dans la préparation de son projet, Lucie a dû se familiariser avec le fonctionnement du marché européen de l’art. Singa et THSN la soutiennent dans ses démarches de développement et de financement.

Par ailleurs, elle a intégré un club de réflexion sur le développement en Afrique qui compte de nombreux leaders locaux, des décideurs et des investisseurs.

Encouragée par l’intérêt suscité par sa galerie virtuelle, Lucie envisage d’ouvrir une galerie physique. Un espace qui donnerait plus de visibilité aux œuvres qui lui sont chères.

Faire émerger les jeunes talents d’Afrique de l’Est

Cette ancienne journaliste pour Reporters Sans Frontières et la Voix de l’Amérique, était menacée par le gouvernement rwandais à cause de ses enquêtes sur la région des Grands Lacs. Elle avait dû fuir son pays en 2006.

Arrivée à Paris, elle a repris des études qui lui ont permis de donner corps à son projet de galerie.

Au-delà de l’art, Lucie Umukundwa aspire à faciliter les échanges artistiques et culturels entre Europe et Afrique. Elle veut faire émerger les jeunes talents et les artistes engagés localement, en collaboration avec des coopératives et des associations.

Et déjà cette entrepreneuse nourrit un autre projet : créer un logiciel d’apprentissage des langues des pays d’Afrique de l’Est. Ce logiciel faciliterait les échanges entre populations locales, ONG, personnels des Nations-Unies et investisseurs dans la région.

 

Découvrez la Galerie Izuba !

Le portrait de Lucie Umukundwa sur le site de Generali.

Leen Almasri est une autre entrepreneuse réfugiée hébergée au BeeoTop.

Singa partenaire du programme The Human Safety Net.