Vous voulez lutter contre le changement climatique ? Ne gaspillez plus

Les écogestes peuvent-ils vraiment faire la différence ? C’est LA question légitime que chacun de nous se pose face au gigantesque défi du changement climatique.

Certains répondent par la négative pour justifier leur inaction, tandis que d’autres appliquent avec rigueur toutes les règles pour vivre de façon écologique. Or faire des choix écologiques exige d’avoir une foi de charbonnier pour faire vraiment la différence.

Pour s’en convaincre, il faut lire l’article de Chad Frischmann paru dans le Washington Post l’été dernier. Chad Frischmann est le vice-président et directeur de recherche du Projet Drawdown, une organisation à but non lucratif qui travaille sur des solutions à grande échelle au changement climatique.

Le Projet Drawdown a classé 80 solutions contre le changement climatique en fonction de leur efficacité climatique. Quand on les observe bien, une chose saute aux yeux : sur les 20 premières solutions, 8 touchent directement à la nourriture.

Bien sûr, ces 80 solutions devraient être appliquées toutes en même temps. Mais les décisions que nous prenons tous les jours sur la nourriture ont une importance particulière.

Un impact substantiel sur le changement climatique

En effet, d’après Chad Frischmann, réduire le gaspillage alimentaire peut avoir un impact substantiel sur le changement climatique. Jeter de la nourriture ne détruit pas seulement des calories qui pourraient servir à nourrir d’autres hommes et femmes, cela signifie aussi que les gaz à effet de serre (GES) associés au cycle de production des aliments auront été émis pour rien !

Les chiffres qui mesurent la part du gaspillage alimentaire dans le changement climatique sont révélateurs :

  • 30 % de la nourriture est gaspillée tout au long de la chaîne de production, ce qui provoque des émissions de GES équivalentes à 8 % environ du total mondial ;
  • Si le gaspillage alimentaire était un pays, il se classerait en troisième position derrière les Etats-Unis et la Chine en termes d’impact sur le climat ;
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire dans les 30 prochaines années économiserait plus de 70 milliards de tonnes de GES.

Pour les individus comme pour les entreprises, éliminer le gaspillage alimentaire est un moyen simple et accessible de contribuer à lutter contre le changement climatique, mais aussi de nourrir l’humanité et de préserver les écosystèmes et les ressources naturelles.

4 000 000 km2

Si la population continue d’augmenter au même rythme qu’aujourd’hui, il faudra pour la nourrir transformer en terres agricoles plus de quatre millions de kilomètres carrés de forêts et d’espaces naturels pendant les trois prochaines décennies. Une transformation qui entrainera des émissions équivalentes à plus de 84 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Sans même prendre en compte la production agricole, de la réfrigération, du transport…

Dans les pays riches, 40 % du gaspillage alimentaire est le fait des consommateurs. Nous avons donc le pouvoir de changer cette situation. Pour cela, il faut être plus attentifs dans nos achats, acheter des fruits et légumes difformes, mieux comprendre les dates limites de consommation, mieux conserver nos aliments, utiliser des réfrigérateurs, manger les restes, etc.

Grâce à ces changements de comportements, la baisse de la demande en produits alimentaires aurait un impact sur toute la chaîne d’approvisionnement, et donc sur ses émissions.

 

L’article de Chad Frischmann : The climate impact of the food in the back of your fridge
Le classement des solutions contre le changement climatique du Projet Drawdown.