Être entrepreneur, une solution pour l’insertion des réfugiés

The Human Safety Net, fondation du groupe Generali, promeut l'entrepreneuriat des réfugiés avec Singa.

En 2017, plus de 100 000 personnes ont demandé l’asile à la France, soit une augmentation de 17 % par rapport à 2016. Avec ces nouveaux arrivants sur le territoire se pose la question de leur insertion professionnelle, en particulier pour les entreprises.
À la suite des travaux qu’il a menés sur ce sujet, l’Observatoire de la Responsabilité sociale des entreprises (ORSE) a organisé le 7 février une rencontre avec deux grandes entreprises très engagées, Adecco et Generali France, et l’association Singa France. L’occasion de partager les expériences.

Economie de l’asile

Singa France, membre du mouvement international d’aide aux réfugiés Singa, lance des initiatives pour mettre en avant les compétences des réfugiés, à partir de trois grands axes : informer, connecter et innover. Parmi ces initiatives : un espace de coworking dédié aux réfugiés et un Tinder autour de leurs compétences, avec des outils d’intelligence collective.
« C’est le postulat de l’économie de l’asile : aider les nouveaux arrivants à trouver un emploi pour qu’ils contribuent rapidement à l’économie, a précisé Alice Barbe, co-fondatrice et directrice de Singa France. Singa accompagne les réfugiés qui en ont la capacité vers l’entrepreneuriat et l’innovation, comme Meet my Mama, un traiteur du monde fondé par un réfugié, qui emploie déjà 40 personnes. »
Ces projets ont permis à Singa France d’être sélectionnée par The Human Safety Net (THSN), la nouvelle fondation de Generali qui a pour mission de valoriser la plus-value économique apportée par les réfugiés.
Chaque filiale locale du groupe met en œuvre les programmes de THSN, en s’appuyant sur une ONG leader dans son secteur, qu’elle aide financièrement.
« THSN France a confié à Singa le pilotage d’un programme de formation, avec l’objectif d’accompagner le maximum de personnes, a expliqué Frédérique-Rose Maléfant, déléguée générale du BeeoTop auprès de la communication de Generali. Ce choix est très bien reçu en interne par les collaborateurs du groupe. Beaucoup d’entre eux ont d’ailleurs montré leur volonté d’y participer. Il illustre la volonté de Generali, le plus gros assureur de TPE et PME en France, de créer un effet de levier pour l’entrepreneuriat des réfugiés. »

Des réfugiés en contrats d’intérim

Pour Adecco, l’emploi des réfugiés n’est pas une nouveauté, a expliqué Bruce Roch, directeur RSE et Solidarité du groupe. « Adecco compte 9 % d’étrangers en contrats d’intérim, et beaucoup d’entre eux ont le statut de réfugiés, a-t-il rappelé. Nous leur proposons des formations, des accès aux cours de langue, des expérimentations, etc., en collaboration avec les associations de la société civile. »
L’année dernière, Alain Dehaze, le Pdg du groupe, est intervenu au Forum économique mondial, à Davos, sur la question de l’employabilité des populations migrantes. Adecco a aussi publié un livre blanc sur le même sujet avec l’université de Heidelberg.
En 2016, Humando, filiale du groupe dédiée à l’insertion, a participé au programme expérimental d’« accompagnement vers la qualification et l’emploi ». Elle a signé un contrat de formation avec 50 réfugiés. Pendant huit mois, ceux-ci ont été hébergés dans un centre Afpa de Champs-sur-Marne. Ils ont suivi des cours intensifs de français et des formations en touchant une indemnité. À la fin du programme, 47 d’entre eux ont trouvé un emploi.

 

The Human Safety Net, la fondation de Generali dédiée à l’entrepreneuriat des réfugiés.

L’association Singa France.

Le Livre blanc du groupe Adecco sur l’employabilité des réfugiés : More refugees in work can boost GDP growth.

Meet my mama, traiteur du monde fondé par Loubna Ksibi.

Kodiko, hébergé au BeeoTop, aide les réfugiés à trouver un emploi.

Laisser un commentaire

  • (will not be published)

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>